#TheManWhoDiedTheMost

“Il existe mille façons de mourir ! De manière stupide, héroïque, brutale ou inattendu, on a généralement pas de deuxième chance !”.

C’est avec ces mots que s’ouvrent un film plein de situations drôles ou cocasses mais avec un réalité beaucoup plus sérieuse : le don d’organes !

Un chiffré clé : plus d’un tiers des familles refuse le souhait du donneur

Comment communiquer sur un sujet aussi sensible sans ne blesser personne ? C’est la question à laquelle a du répondre l’Agence de la Biomédecine, agence relevant directement du Ministère de la Santé pour cette nouvelle campagne de sensibilisation !

L’idée un peu folle mais ultra efficace est de mettre en scène la mort pour mieux la démystifier ensuite et faire passer le message final :

“Donner ou ne pas donner ses organes, il faut avant faire faire connaitre son choix personnel à ses proches”.

don-organe-the-man-who-died-the-most-in-movies-3
don-organe-the-man-who-died-the-most-in-movies-1
Un homme tombe d’un toit après s’être fait tirer dessus, se fait empaler un grand nombre de fois par un coup d’épée brutal (!), balance au bout d’une corde….pour à chaque fois se relever !

Cet homme est simplement un acteur, Robert Cronejager dont on peut retrouver la longue liste de ses participation sur le site Allociné, partenaire pour l’occasion, rendant encore plus crédible cette opération de sensibilisation des plus jeunes.

A l’occasion aujourd’hui de la 15ème Journée de Réflexion sur le Don d’Organes, la Greffe, et la Reconnaissance aux donneurs, l’Agence de la Biomédecine s’est offert les services de DDB Paris pour créer tout un univers burlesque et décalé.


Le cause est noble, actuellement en France 20.000 personnes environ sont en attente d’une greffe ! On compte en moyenne chaque année 5 300 transplantations.

Cette demande en perpétuelle augmentation doit être couverte dans les meilleurs délais si on veut connaitre l’espoir de sauver de nouvelles vies.

Malgré la générosité grandissante, le constat est sévère : en France, dans la majorité des cas, l’entourage des personnes qui pourraient s’avérer être des donneurs potentiels, ne connait pas le choix du proche défunt !

Plus grave, le chiffre de 21%, des français totalement hostiles aux dons d’organes (sondage 2013). Si on ajoute à ça les familles qui ne respectent pas le choix de leur proches…

Un espoir pour les personnes en attente puisque le 20 mars dernier, l’Assemblée Nationale a voté un amendement qui renforce le consentement présumé au don d’organes. Cet amendement permettra, à partir de 2018, de ne plus avoir à consulter les proches de personnes décédées, mais seulement « informés des prélèvements envisagés et de la finalité de ces prélèvements ».

Suivez désormais Robert sur Twitter, avec le hashtag #TheManWhoDiedTheMost.
Pour en savoir plus : dondorganes.fr




Lire aussi les articles suivants :