Dans la rue avec Levalet

Il est des rencontres qui sont parfois inattendues. Dans l’art urbain, on ne voit que rarement les personnes physiquement et je m’en accommode assez bien. L’artiste dont on parle aujourd’hui a su trouver sa place sur les murs de la capitale ces derniers mois.

Pour ne rien vous cacher, Levalet, est mon petit coup de cœur de moment. Ses créations à l’encre de chine sur papier sont reconnaissables immédiatement. Il a eu la gentillesse de répondre à quelques unes de mes questions.

Merci à lui.
Bonne lecture.

Le seuil – Oct. 2012

 

Q1 / Bonjour et merci prendre le temps de répondre à mes questions. Tu pourrais te présenter à ceux qui ne te connaitraient pas encore ?

Ça fait maintenant à peu près un an et demi que j’ai commencé à coller des figures dessinées à l’encre de chine dans les rues de Paris sous le nom de Levalet. Avant ça, j’ai fais des études d’arts plastiques pendant lesquelles j’ai touché à pas mal de choses: peinture, cinéma d’animation, installations vidéo en passant par le théâtre d’improvisation et récemment l’agreg d’arts plastiques.

Memento mori – Nov. 2012

 

Q2/ Quels sont tes influences dans ton travail ? Des amis ou des gens que tu admires dans l’art urbain ?

Mes références, en tout cas celles que je convoque dans mon travail sont variées et ne se limitent pas au champ de l’art urbain. J’ai bien sur été influencé par des pionniers comme Pignon-Ernest ou Blek le rat mais mon travail fait autant référence à des artistes vidéastes comme Pierrick Sorin ou Tony Oursler, à l’univers du cinéma muet (Keaton et compagnie), ou encore à des artistes plasticiens comme Edward Kienholz, Robert Longo ou Maurizio Cattelan. Il y a pas mal d’artistes urbains qui suscitent mon admiration, des gens comme Mark Jenkins, Hyuro ou encore BLU, pour ne citer qu’eux.

La chute – Déc. 2012

Q3/ L’art urbain commence à trouver écho chez les galeristes et les collectionneurs. Tu imagines ton travail en dehors de la rue ?

Je fais plus que l’imaginer car cette semaine, je vernis ma 3ème expo en galerie, chez Nunc! à Grenoble. C’est un autre type de travail qui me permet de me concentrer davantage sur les qualités graphiques du dessin  mais également d’aborder d’autres répertoires iconographiques.

En dehors de la Galerie et de la rue, j’aimerai exploiter les ressources d’autres types de lieux, intérieurs ou extérieurs. J’ai quelques projets, mais rien de précis pour le moment.

Saute, mouton, saute – Oct. 2012

Q4/ Sans contrainte logistique et financière, quelle serait ta prochaine oeuvre ?

Certainement une série de 5 personnages en “mouvement”, que je collerai je ne sais où. Je n’en dis pas plus !“

Accrochage – Juin 2013

De l’autre côté – Mai 2013

L’attente – Fév. 2013

La fuite – Juillet 2012

 

Pour en savoir plus :
http://levalet.overblog.com/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *