Rencontre avec Jean-François Rauzier

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. FracArt dit :

    Indéniablement un travail d’une très grande qualité!
    … mais qu’est ce qu’il doit s’amuser à détourer toutes ces images! 😀

    • walter dit :

      C’est surtout un travail de follie dans le détails… d’où la présence de loupe à l’expo pour s’attarder sur les détails de ces très grands formats.
      En effet, Jean-François semble bien s’amuser dans son métier !

  2. massart dit :

    Bonjour,
    Les 2 photographies numériques « inkulte_rauzier_archi » et « inkulte_rauzier_architecture_2 » sont d’un travail de bâtisseur !
    Elles me font penser aux dessins de Escher, ex : « concave et convexe » 1955, « la relativité » 1953, « en haut et en bas » 1947, « l’exposition d’estampes » 1956… et aussi « le mouvement perpétuel » 1961 …entr’autres !
    cette « obligation », le besoin de montrer l’intérieur et l’extérieur, l’infini, où – comme un jeu d’architecture – de rassembler le tout en une seule image !
    Merci

    • Christa dit :

      Bonjour Massart,
      Belle vision et analyse du travail de Jean-François Rauzier.
      Il faut si tu le peut, voir ces photos en réalité… c’est une pure folie au niveau détails.

      Quand tu parles de son côté « bâtisseur », il ne faut pas oublier qu’il a hésité entre photographe et architecte comme profession… ceci explique sans doute cette espèce de course à le construction dans ces oeuvres…

      Je vais regarder de plus prés les dessins de Escher…
      Merci pour ce commentaire passionné !
      Christa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *