Street culture Archive

2

Urban diversion by OAK OAK

On avait fait connaissance avec le travail de celui qui se fait appeler OAK OAK en juin 2012. Depuis, cet artiste originaire de Saint Etienne a posé son empreinte urbaine dans […]

On avait fait connaissance avec le travail de celui qui se fait appeler OAK OAK en juin 2012. Depuis, cet artiste originaire de Saint Etienne a posé son empreinte urbaine dans de nombreux lieux, avec pour seule arme, le détournement d’objets ou de mobilier urbain. Au premier regard, les œuvres éphémères de OAK OAK captent le regard du passant comme un écho instantané de notre quotidien. Tout comme Florian Rivière, autre hacktiviste urbain, OAK OAK re-donne de la vie et pas mal de poésie à ces toutes petites choses qui passent inaperçues dans notre environnement.

Aujourd’hui, ses œuvres sont compilées dans un premier ouvrage « Urban diversion » aux éditions Omaké Books.

Inkulte vous permet de gagner un de ses ouvrages signés par l’artiste.
POUR PARTICIPER => Concours OAK OAK

Merci à Florent et à OAK OAK.

inkulte-oak-oak-urban-diversion-8

Q1/ Salut, on avait découvert ton travail en juin 2012. 2 ans après tu es devenu un artiste incontournable de la scène « art urbain » !

Je ne sais pas si je suis vraiment un artiste incontournable de la scène urbaine mais en tout cas je prends toujours autant de plaisirs a me balader dans les rues et essayer de trouver un élément urbain avec lequel je pourrais m’amuser. Et c’est bien le plus important.

inkulte-oak-oak-urban-diversion-7

Q2 / Tes oeuvres éphémères sont désormais compilées dans un livre, comme pour laisser une trace. Tu peux nous parler de la naissance et du déroulement de ce projet ?

Florent (NDR : Omaké books éditeur) est entré en contact avoir moi, et m’a expliqué son projet, sa volonté de faire un livre sur mes oeuvres. Le feeling est vraiment bien passé dés le départ et c’est ce qui m’a vraiment motivé pour ce projet. Nous avions tous les deux notre idée de cet objet et il m’a écouté sur chacune de mes propositions tout en conservant son oeil et jugement d’éditeur qu’il maitrise. On a pu réaliser ce livre que je trouve vraiment réussi et qui compile mon univers.

inkulte-oak-oak-urban-diversion-2

Q3/ Quels sont tes futurs projets ou tes envies du moment ?

Pour les futurs projets j’ai peut être une expo en 2015 à Paris. Je vais participer également à un projet d’une association multi activié artistique. Mais les projets que je préfère sont toujours le fait de partir dans une ville, un pays et découvrir son environnement et essayer de trouver de nouvelles idées à placer dans ces nouveaux décors.

inkulte-oak-oak-urban-diversion-3

Q4/ Un artiste ou un collectif que tu aimerais faire découvrir aux lecteurs d’Inkulte ?

J’ai été très impressionné par les dernières oeuvres de Péjac, ses dessins sur les fenêtres qui jouent avec l’extérieur. Sinon j’apprécie beaucoup Fra Biancoshock, et Pao, des artistes italiens qui jouent avec l’environnement urbain

inkulte-oak-oak-urban-diversion-4

https://www.facebook.com/omakebooks
http://www.oakoak.fr/




Lire aussi les articles suivants :

1

Welcome to DJERBAHOOD

C’est le nouveau projet (un peu dingue) de la Team Itinerrance… Après avoir mis en couleurs la Tour 13 (Paris), il fallait un nouveau projet de taille à donner aux […]

C’est le nouveau projet (un peu dingue) de la Team Itinerrance

Après avoir mis en couleurs la Tour 13 (Paris), il fallait un nouveau projet de taille à donner aux artistes. C’est chose faite avec un voyage de l’autre côté de la méditerranée, sur l’Ile de Djerba (Tunisie), dans le paisible village de Erriadh.

Casting de rêve 100% multiculturel, bienvenue à DJERBAHOOD

Ce village va accueillir tout au long de l’été de très nombreux artistes dont : BomK, Liliween, Shoof, Roa, C215, Faith47, Know Hope, Herbert Baglione A suivre sur le site => www.djerbahood.com

inkulte-ADDFUEL-03-01-site-djerbahood

ADDFUEL

inkulte-C215-06-01-site-djerbahood

C215

inkulte-CURIOT-02-01-site-djerbahood

CURIOT

inkulte-DABRO-01-01-site-djerbahood

DABRO

inkulte-INKMAN-01-site-djerbahood

INKMAN

inkulte-DOME-01-01-site-djerbahood

DOME




Lire aussi les articles suivants :

0

Skate in slow motion

Que vous soyez spécialiste, amateur éclairé ou simple néophyte, le pratique et la démocratisation du skate dans les 20 dernières années n’a pas du vous échapper. Avec le temps, les […]

Que vous soyez spécialiste, amateur éclairé ou simple néophyte, le pratique et la démocratisation du skate dans les 20 dernières années n’a pas du vous échapper.

Avec le temps, les figures ont évolué et sont devenues d’une complexité telle qu’il est parfois nécessaire de faire des arrêts sur image pour comprendre la logique d’une planche sous les pieds d’un skater, soumise à l’attraction terrestre.

Si on ajoute à cela la notion de vitesse… vous voila perdus !

adam-shomsky-slow-motion-skate-inkulte-2

Le skate est magique, le skate est d’une pure beauté et d’une grande poésie (parfois quand on voit les performances de l’espagnol Kilian Martin)… bref je suis un fan et un adepte depuis longtemps et je voulais vous faire partager cette petite vidéo faite par l’incontournable Adam Shomsky.

Pour vous laisser le temps de saisir les subtilités que chaque trick… il a filmé les scènes à 1000 images par secondes.

De quoi apprécier la précision et la technique.
Revoyez chacune des figures en vitesse réelle à la fin de la vidéo pour comprendre la réalité de cette discipline…

Sublime !

Pour info, les figures et le nom des skaters :

Kyle McPherson — nollie dolphin flip
Cameron Carmichael — backside 180 casper flip
Jerrod Skorupski — nollie heelflip bs body varial
David Case – nollie 360 shuv underflip +  frontside shuv underflip
Dustin Blauvelt – hardflip pretzel + Merlin twist+ nollie heelflip indy grab
Shane Anderson – early grab frontside 180 fingerflip
Jovan Pierson – pressure hardflip
Erick Schaefer – backside pop shuv underflip
Tim Hamp – Nollie pressure hardflip

 




Lire aussi les articles suivants :

0

Gregory Kloehn fait des miracles

Dans une société sur-consommatrice et dont les écarts de niveaux de vie tendent à s’accentuer, certains savent se démarquer par leur créativité et leur intelligence. Voici le travail de Gregory Kloehn, […]

Dans une société sur-consommatrice et dont les écarts de niveaux de vie tendent à s’accentuer, certains savent se démarquer par leur créativité et leur intelligence. Voici le travail de Gregory Kloehn, un artiste américain, sculpteur, originaire de Denver, qui collectent des déchets dans les rues pour les transformer en maisons qu’il destinent aux sans abris. Ce travail, il l’a débuté il y a déjà plusieurs d’années. Aujourd’hui, il a affiner sa technique de construction pour n’avoir plus besoin que de quelques palettes et de 2 à 3 jours de travail.

De l’art altruiste… Tout simplement louable. Admirez le travail

http://www.gregorykloehn.com/

inkulte-Gregory Kloehn-1
inkulte-Gregory Kloehn-7
inkulte-Gregory Kloehn-6
inkulte-Gregory Kloehn-5
inkulte-Gregory Kloehn-4
inkulte-Gregory Kloehn-3
inkulte-Gregory Kloehn-9
inkulte-Gregory Kloehn-8




Lire aussi les articles suivants :

1

Couleurs sur la ville

Il se passe des choses sur les murs de nos villes ! Voila encore une belle réalisation « SKY IS THE LIMIT » made by ASTRO© à Vitry-sur-Seine. Un immeuble, Une grue, […]

Il se passe des choses sur les murs de nos villes ! Voila encore une belle réalisation « SKY IS THE LIMIT » made by ASTRO© à Vitry-sur-Seine.

  • Un immeuble,
  • Une grue,
  • Des dizaines de litres de peinture
  • De l’huile de coude

…pour éclairer la vie d’un quartier et de ses habitants. Un musée à ciel ouvert… ouvert à tous !

Cette oeuvre monumentale a été réalisée entre le 26 et le 30 avril dernier.

 

inkulte-astro-vitry-sur-scene

Mille mercis à Pierre Girard pour le partage de cette vidéo
La réalisation de ce documentaire est le travail de Jérôme Thomas

ASTRO-SKY IS THE LIMIT, Le documentaire de Jérôme Thomas- @Vitry-sur-seine from MANAPROD on Vimeo.




Lire aussi les articles suivants :

0

Interview de Busk Magazine

Oui le street art, et plus largement la culture urbaine ont la côte ! Au cinéma, dans la presse et même dans la pub, la street culture tient une place […]

Oui le street art, et plus largement la culture urbaine ont la côte ! Au cinéma, dans la presse et même dans la pub, la street culture tient une place de choix ! Phénomène de mode médiatique porteuse de valeurs nobles et artistiques, popularisé par des artistes stars, certains n’ont pourtant pas attendu pour soutenir activement et dans l’ombre, les artistes graffeurs, tagueurs et autres colleurs !

C’est dans cette optique, et sans concession, que vient de débuter l’expérience BUSK Magazine sur Montpellier, un 32 pages (gratuit) entièrement dédié à la culture urbaine. Déjà 2 numéros disponibles et un 3ème en cours de bouclage pour le mois de mai.

On a rencontré Amélie, qui est aux commandes de BUSK !
Bonne lecture 

Tunnel Tram - Place de la Comédie

Tunnel Tram – Place de la Comédie


Q1 / Bonjour Amélie, merci de nous accorder du temps. Pourrais-tu nous présenter ta revue BUSK ?
Merci à vous de me consacrer un peu de place ! Busk est un magazine dédié aux cultures urbaines de l’Hérault. Il traite principalement de la culture Hip-Hop : danse, musique (Dj et Mc), et street-art/graffiti.

BUSK #2 - Février-Mars 2014

BUSK #2 – Février-Mars 2014

Le but du mag est de promouvoir au maximum la culture héraultaise et les acteurs qui la composent. C’est aussi un désir très chauvin de prouver qu’il n’y a pas qu’à Paris que tout se passe mais qu’à Montpellier aussi, il y a un réel vivier d’artistes issus de la culture Hip-Hop.

Frontignan

Frontignan

Si le magazine existe en ligne depuis deux ans, j’ai fait le pari fou de le sortir en version papier depuis décembre dernier. Il s’agit d’un bimestriel de 32 pages au format A5 distribué gratuitement. Le but sous-jacent, c’est d’aller à la rencontre de tous ceux qui ont des préjugés sur cette culture, qui la considèrent comme une sous-culture asociale, alors qu’elle explose et s’expose tout autour de nous (dans nos rues, nos écoles, nos galeries, nos télés…) et qu’il n’y a pas culture plus fédératrice et plus populaire, à mon sens, que la culture Hip-Hop.

FUZI©

FUZI©

Q2 / En tant que défricheurs, tu aurais quelques noms d’artistes, talents émergents qui seront les futurs incontournables ?
J’ai pas la prétention de dénicher les talents. Côté graffiti, certains sont une évidence qui me saute aux yeux. Si je peux les mettre davantage en lumière, alors je le fais, c’est tout l’intérêt du mag ! Je ne voudrais pas faire des jaloux et le monde du graffiti et des galeries restent tellement complexes… C’est un univers où il faut savoir faire ses preuves sur le terrain. Ce qui fait la valeur d’un graffeur, c’est davantage son parcours dans le vandalisme parfois que l’esthétisme même de son art. L’alliance des deux promet un bel avenir sur le marché de l’art, pour celui qui le veut.

MAYE©

MAYE©

Il y a de jeunes artistes montpelliérains comme Seno ou Maye qui ont un réel potentiel artistique. Il y a des artistes comme Loko qui ont un univers complètement perché et qui, je pense, continuerons à progresser sur la scène montpelliéraine, voire au-delà. On a des artistes comme Hazo par exemple, qui commencent à faire leur trou petit à petit.

SERF©

SERF©

Q3 / Sans contrainte de temps, de lieu et de moyens, la revue ou un événement de rêve pour BUSK ?
La revue de mes rêves bien sûr : un Busk de 100 pages plutôt que 32 dans lequel je pourrais mettre plus de photos et offrir davantage de visibilité aux artistes de ma ville, de ma région. Car pour l’heure, la place est restreinte et la liste des talents est longue !

LADY SONP©

LADY SONP©

> SUIVRE BUSK EN LIGNE
http://busk-magazine.com
http:// www.facebook.com/BuskMagazine

> OU TROUVER BUSK ?
Dans les bars, les galeries street-art, lieux culturels et les shops de Montpellier.
Runthings Shops, Kulte et Concept Store.




Lire aussi les articles suivants :

0

STOM 500 :

Après Rensone un streetartiste strasbourgeois, voici STOM 500. Un univers décalé, une personnalité bien à lui. Il a bien voulu prendre un peu même beaucoup de temps pour nous Merci […]

Après Rensone un streetartiste strasbourgeois, voici STOM 500. Un univers décalé, une personnalité bien à lui. Il a bien voulu prendre un peu même beaucoup de temps pour nous ;) Merci beaucoup !

Q1/ Pour commencer peux-tu te présenter en quelques mots : ton parcours, tes études, et selon toi quel est le mot qui définit le plus ta personnalité.

Mon nom d’artiste est Stom500, je suis graphiste, illustrateur et graffiti artiste. Je dessine depuis qu’on m’a donné un crayon en mains comme diraient mes parents. C’est ce qui m’a amené plus tard à faire un BTS en Communication Visuelle. Suite à ça j’ai continué mes activités personnelles, à développer mon style de dessin, à peindre pour le plaisir avant tout !… Et depuis un petit moment pour en vivre aussi. Si je demande à mes potes un mot qui devrait me définir c’est Alien ou Otiste… Mais ça en fait déjà 2.

stom500-bird2

Q2/ Stom 500 : ce nom d’artiste a t-il une signification  ? 

Stom vient de Thomas ou Tom’s, et 500 vient à la base de 500mg en référence aux Aspirines à 500mg, donc à mon coté migraineux et fêtard. C’est le surnom que tout mes ami(e)s me donnaient et que j’ai décidé de garder.

10006257_10200735092978883_1548498319_o

Q3/ Dans tes illustrations as-tu un message à faire passer ? Ou est-ce seulement pour le plaisir de dessiner et de créer selon tes envies ?

Je sais pas s’il y a réellement un sens dans ce que je dessine… Quand je dessine pour le plaisir c’est souvent pour créer une illustration débile qui en fera rire quelque uns. Dans ma démarche j’aime bien mixer plusieurs chose entre elles. C’est en quelque sorte ma philosophie du Lego : l’idée d’imbriquer plein de chose en elle. C’est de là que découle des personnages à 2 têtes, des animaux qui sortent des yeux et ce genre de délire. Mais ce n’est rarement quelque chose de vraiment sérieux…

stom500-blacklines2

Il y a plus de sens dans les dessins que je réalise pour des commandes ou pour des clients en fonction de la demande.

1526288_10151815309325872_320813962_n

Q4/ Quelles sont tes inspirations ?

Je suis inspiré par énormément de choses qui ne sont pas forcément visuelles. Ça peut être une simple discussion avec un ami ou une petite anecdote vécue. Mes inspirations au niveau du design sont nourries par tout ce que j’ai pu regarder comme dessin animé ou lire en BD, Futurama, les simpsons,…

roy32Xstom500

Q5/ Entre l’illustration et le graffiti quel est l’univers que tu préfères ? Pourquoi ?

Pfffff. C’est très dur à dire. L’un complète l’autre.  J’aime passer du temps à lécher une illustration pendant plusieurs jours voir plusieurs semaines… Mais j’ai besoin d’aller peindre plus grand dehors pour me défouler. Ce que j’apprends sur un média j’essaye de l’appliquer sur l’autre. Je travaille mes illustrations chez moi au calme, alors que le graffiti c’est plus une journée entre pote pour relâcher la pression.

10003369_10200735092418869_1894865411_n

Q6/ Le graff est encore connoté et « mal vu » par certains, qu’est ce qu’il te plaît dans cet art ? L’hôtel Graffalgar d’ailleurs montre un aspect différent du graff. Qu’elle a été ta principale motivation pour participer à Graffalgar?

Le graffiti est surement encore mal vu par beaucoup de gens, sûrement parce qu’il ne voit que le côté vandale du mouvement. Je pense que c’est le jeu et que ça fait partie du graffiti, mais ça ne se résume pas à ça et malgré tout ça commence tout doucement à se démocratiser. Ce que j’aime dan le graffiti c’est l’idée de pouvoir travailler à grande échelle et assez rapidement, ça complète ma passion pour l’illustration et ça permet de l’ouvrir à plus de monde dans des endroits insolites.

 

10006513_10200735093218889_1324155949_o

Il y a de plus en plus de projets qui se développent et qui utilisent le graffiti comme médium à l’image de l’hôtel Graffalgar. C’est certainement grâce à des projets comme ça que l’on peut montrer la face la plus »noble » du graffiti » et c’est vraiment intéressant. Ce que j’ai trouvé sympa dans le projet Graffalgar c’est que l’on pouvait s’exprimer plus ou moins de la  même manière que sur un terrain de graffiti. Le fait qu’il y ait chaque jour de nouveaux visiteurs permet aussi de faire découvrir son travail à des gens différents qui sont peut être pas forcément intéressés par le mouvement.

Hôtel Graffalgar pour Les Agenceurs

retra02Q7/ Pour finir, auriez-vous quelques infos croustillantes à nous faire partager, une exposition future ? Un projet en cours? 

Donc pour les projets futurs, je prépare plusieurs expositions en Mai dont une avec Wise (Just Doodline) où on va essayer de présenter un maximum de petits tableaux sur la thématique du « juste gribouiller » ou des esquisse de projets. J’ai pas encore les dates mais ce sera chez nos amis de Contraseptik.  Et il y aura encore 2 autres expositions en collaboration avec Beatburst mais j’en dis pas plus, si ce n’est que ça va envoyer de la briquette ! Et dans les projets qui me tiennent à coeur il y’a l’EP des D-Bangerz qui sortira courant Avril, un groupe de musique que j’affectionne particulièrement et dont j’ai réalisé la jaquette. Et plein plein d’autre événements à venir dont je ne peux en dire plus aujourd’hui… Stay tuned !

1508295_10200735092738877_953903244_n

Bonne continuation à vous. 




Lire aussi les articles suivants :