Qui êtes-vous donc NoonieNoonieNoonie ?

Il est de ces artistes dont on ne sait rien ou si peu, mais dont on a malgré tout envie de parler, ou de partager le travail. Aujurd’hui on parle d’une personne qui se présente avec un nom aussi énigmatique que long (NoonieNoonieNoonie), une technique assez simple, voire rudimentaire et un humour décalé qui peut laisser sans voix… Cependant, les créations fantaisistes de NoonieNoonieNoonie relatent et glorifient la banalité et les toutes petites histoires oubliées (tragédies !) du quotidien, dont personne n’aurait jamais parlé. Avec ses installations sauvages, NoonieNoonieNoonie transpose sur les murs de la ville, de simples faits divers en petits instants de poésie urbaine… 

Lisez plutôt !

Q1 / Bonjour NoonieNoonieNoonie et merci prendre le temps de répondre à mes questions. Tu pourrais te présenter à ceux qui ne te connaitraient pas encore ?

Hahaha avec plaisir ! Je suis un trickster/artiste (NDR : farceur) qui aime mettre mes petites toiles dans les rues de .

Q2/ Ma première rencontre avec ton travail s’est faite via Instagram et non dans la rue ! Tu pourrais nous présenter ta façon de travailler ou le message que tu souhaites faire passer ?

Soit mes panneaux sont vite volés ou dégagés, soit les occupants de l’immeuble les adoptent et les protègent. C’est peut-être pour cette raison qu’ils sont parfois difficiles à trouver.

Je fais du street art, car j’aime être dehors, dans la rue et j’aime faire sourire les gens. J’aime les toiles en carton et les matériaux peu onéreux, car ce sont les matériaux parfaits pour mon style.

Je ne veux pas imposer mon art, je veux donner l’option aux gens d’enlever mes toiles ou les adopter comme ils le désirent. C’est pour cette raison que j’utilise une colle qui permet aux occupants des immeubles de facilement enlever la toile s’ils n’aiment pas.

Mon message : « les combats quotidiens nous unissent plus que les gestes grandioses, ceux glorifié par l’Etat (les statues des hommes, avec épées levées, au tour de Paris). Alors célébrerons les gens qui font chier personne. » Hahahah !!!

Q3/ Quels sont tes influences dans ton travail ? Des artistes que tu admires dans l’art ?

Mes influences sont un reflet de l’humour canadienne (côté anglais), Henry Darger (peintre américain), Charlie Chaplin…et surtout les combats quotidiens.

Autrement, les artistes que j’aime, mais qui n’ont rien à voir avec mon travail de rue sont Chagall, Dali, Lee Miller, Rauch, Angela Leible… Sinon, dans le street art j’aime beaucoup les muralistes sud-américains.

Q4/ Comment tu envisages ton travail dans les mois à venir ? Tu imagines ton travail en dehors de la rue ? Galeries ou musées… ?

Je ferai des séries dans la rue tant que j’ai des idées qui restent drôles et pertinentes.

Autrement, je vois plutôt NNN décorer les toilettes d’une galerie d’art qu’exposer réellement dans la galerie.

Q5/ Sans contrainte logistique et financière, quelle pourrait être ta prochaine œuvre ?

J’aimerais faire des installations vidéo ou des partenariats avec des villes pour faire des installations interactives pour le public. Appelez-moi Anne Hidalgo ! Hahaha… Sinon un rêve serait de faire un mur avec une artiste espagnole que j’aime beaucoup, elle est peu connue mais extraordinaire. Il faudrait juste que je la supplie de travailler avec moi, puis que je trouve quelqu’un qui accepte de nous proposer un mur 🙂 


Suivez NoonieNoonieNoonie sur :
Instagram > noonienoonienoonie
Facebook > Noonienoonienoonieparis
Twitter > Twitter




Lire aussi les articles suivants :

You may also like...