Interview de Busk Magazine

Oui le , et plus largement la ont la côte ! Au cinéma, dans la presse et même dans la pub, la street culture tient une place de choix ! Phénomène de mode médiatique porteuse de valeurs nobles et artistiques, popularisé par des artistes stars, certains n’ont pourtant pas attendu pour soutenir activement et dans l’ombre, les artistes graffeurs, tagueurs et autres colleurs !

C’est dans cette optique, et sans concession, que vient de débuter l’expérience sur , un 32 pages (gratuit) entièrement dédié à la culture urbaine. Déjà 2 numéros disponibles et un 3ème en cours de bouclage pour le mois de mai.

On a rencontré Amélie, qui est aux commandes de BUSK !
Bonne lecture 

Tunnel Tram - Place de la Comédie

Tunnel Tram – Place de la Comédie


Q1 / Bonjour Amélie, merci de nous accorder du temps. Pourrais-tu nous présenter ta revue BUSK ?
Merci à vous de me consacrer un peu de place ! Busk est un magazine dédié aux cultures urbaines de l’Hérault. Il traite principalement de la culture Hip-Hop : danse, musique (Dj et Mc), et street-art/graffiti.

BUSK #2 - Février-Mars 2014

BUSK #2 – Février-Mars 2014

Le but du mag est de promouvoir au maximum la culture héraultaise et les acteurs qui la composent. C’est aussi un désir très chauvin de prouver qu’il n’y a pas qu’à Paris que tout se passe mais qu’à Montpellier aussi, il y a un réel vivier d’artistes issus de la culture Hip-Hop.

Frontignan

Frontignan

Si le magazine existe en ligne depuis deux ans, j’ai fait le pari fou de le sortir en version papier depuis décembre dernier. Il s’agit d’un bimestriel de 32 pages au format A5 distribué gratuitement. Le but sous-jacent, c’est d’aller à la rencontre de tous ceux qui ont des préjugés sur cette culture, qui la considèrent comme une sous-culture asociale, alors qu’elle explose et s’expose tout autour de nous (dans nos rues, nos écoles, nos galeries, nos télés…) et qu’il n’y a pas culture plus fédératrice et plus populaire, à mon sens, que la culture Hip-Hop.

FUZI©

FUZI©

Q2 / En tant que défricheurs, tu aurais quelques noms d’artistes, talents émergents qui seront les futurs incontournables ?
J’ai pas la prétention de dénicher les talents. Côté graffiti, certains sont une évidence qui me saute aux yeux. Si je peux les mettre davantage en lumière, alors je le fais, c’est tout l’intérêt du mag ! Je ne voudrais pas faire des jaloux et le monde du graffiti et des galeries restent tellement complexes… C’est un univers où il faut savoir faire ses preuves sur le terrain. Ce qui fait la valeur d’un graffeur, c’est davantage son parcours dans le vandalisme parfois que l’esthétisme même de son art. L’alliance des deux promet un bel avenir sur le marché de l’art, pour celui qui le veut.

MAYE©

MAYE©

Il y a de jeunes artistes montpelliérains comme Seno ou Maye qui ont un réel potentiel artistique. Il y a des artistes comme Loko qui ont un univers complètement perché et qui, je pense, continuerons à progresser sur la scène montpelliéraine, voire au-delà. On a des artistes comme Hazo par exemple, qui commencent à faire leur trou petit à petit.

SERF©

SERF©

Q3 / Sans contrainte de temps, de lieu et de moyens, la revue ou un événement de rêve pour BUSK ?
La revue de mes rêves bien sûr : un Busk de 100 pages plutôt que 32 dans lequel je pourrais mettre plus de photos et offrir davantage de visibilité aux artistes de ma ville, de ma région. Car pour l’heure, la place est restreinte et la liste des talents est longue !

LADY SONP©

LADY SONP©

> SUIVRE BUSK EN LIGNE
http://busk-magazine.com
http:// www.facebook.com/BuskMagazine

> OU TROUVER BUSK ?
Dans les bars, les galeries street-art, lieux culturels et les shops de Montpellier.
Runthings Shops, Kulte et Concept Store.




Lire aussi les articles suivants :

You may also like...